Pastorale de l'abbaye Saint-Martin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pastorale de l'abbaye Saint-Martin

Message  Pie de Valence le Sam 23 Mar - 14:14

PASTORALE DE L'ABBAYE SAINT-MARTIN


Première leçon sur Dieu

1) Faut-il croire en l'existence de Dieu ?
Assurément oui car si nous regardons tout ce qui existe autour de nous, toutes ces choses ont un créateur. Prenez ces bancs sur lesquels vous êtes assis. Ils ont un créateur qui, lui-même a utilisé des planches, fabriquées par un autre créateur, lequel les a fabriquées à partir d'arbres coupés par un autre créateur et ainsi de suite ... et de cause en cause, nous remontons logiquement à un créateur de tout ce qui prouve que Dieu existe.

2) Un ou plusieurs dieux ?
Un seul assurément, sinon comment vivrions-nous dans un monde si parfaitement ordonné où chaque chose qui a été créée l'a été pour être utile ?
Je sais bien que d'anciens peuples prétendaient qu'il existait plusieurs dieux, mais pour qui connait l'histoire de ces dieux, on n'y verrait qu'un immense chantier où ces dieux n'ont rien de divins: ils se querellent entre eux, fomentent des guerres, trompent allègrement leurs époux ou épouses légitimes ... avec de tels dieux inventés par les anciens, nous vivrions vraiment dans un monde très bizarre où un jour les objets tomberaient au sol parce qu'un dieu l'aurait décidé et, le lendemain, parce qu'un autre dieu, mécontent de cela, en aurait décidé autrement, s'envoleraient vers le ciel pour ne plus revenir !
Non, il faut en convenir, seule l'unité génère la perfection, donc il n'existe qu'un seul Dieu.

3) Dieu a-t-il créé les Hommes et pourquoi ?
Oui, puisqu'il a tout créé, il a créé les Hommes. Pourquoi ? parce qu'il voulait que sa création éprouve de l'amour pour Lui. Ainsi, il créa les Hommes, faits de matière et d'esprit, esprit capable de s'élever vers Lui et donc d'éprouver cet amour.

4) Les Hommes en eurent-ils conscience ?
Hélas, non, pas du tout, ils pensèrent même, au départ, que Dieu les détestaient et ils ne comprenaient pas pourquoi ils étaient sur Terre car, selon eux, toutes les autres espèces avaient plus de talents.
Un individu osa même prétendre que le seul but de la présence humaine sur Terre était de permettre au fort de dominer le faible !
Finalement, c'est un autre humain - il s'appelait Oane - qui fit prendre conscience aux Hommes que sans amour, on a vécu pour rien, donc que l'amour et l'amitié envers Dieu et envers les autres étaient les seules raisons de notre présence.

5) Comment réagit Dieu face à la fronde des humains ?

Dieu transforma l'individu qui était partisan de la domination du fort sur le faible en Créature Sans Nom, un être devenu invisible mais capable de tenter les humains afin de les pousser à faire le mal.
Puisque les Hommes avaient douté, Dieu se servit et se sert toujours de cette Créature Sans Nom pour tester la force et la solidité de notre amour pour Lui.

6) Qu'arrive-t-il à notre mort ?
Lorsque nous mourons, Dieu, sauf exceptions pour les gens très vertueux et pour ceux qui sont irrécupérables, nous pose une question:
" Veux-tu retourner sur Terre et continuer à essayer de t'améliorer ou te considères-tu comme digne d'entrer au paradis solaire ?
Il faut que je vous dise, avant de poursuivre, que Dieu a partagé le monde de l'au-delà en deux: le Soleil où vont les âmes vertueuses et le Lune où vont les âmes des damnés.
Oui, donc, je disais, Dieu pose sa question: soit on répond non, et on revient sur Terre, soit on répond oui et on est jugé en fonction de nos actions passées et là, Dieu décide soit de nous envoyer vers la Lune, soit de nous envoyer vers le Soleil.



Deuxième leçon sur Aristote

1) Qui est Aristote ?
Aristote est un philosophe grec du IVème S. av JC qui fut notamment le précepteur d'Alexandre le Grand; il est le fondateur du Lycée où il diffusa son enseignement fondé sur l'usage de la raison et fut empoisonné après la disparition d'Alexandre à cause de sa croyance en en Dieu unique.

2) Quel était l'état de la religion au IVème S. av JC ?
Après la mort d'Oane, les humains oublièrent peu à peu son enseignement et la ville qu'il avait fondée, Oanylone, devint peu à peu la proie de la Créature Sans Nom et de ses sept serviteurs, les Princes-Démons. Alors la violence, l'anarchie, la débauche s'emparèrent de la ville et Dieu la maudit. Il finit par la détruire, dispersant les survivants qui avaient échappé à sa colère dans le monde et envoya les sept Princes-Démons dans l'enfer lunaire où depuis, ils torturent les âmes des damnés.
Peu à peu, les hommes parlèrent des langues différentes et ils se mirent à adorer de multiples dieux façonnés à leur image et rares furent les humains qui crurent encore en un Dieu unique et dans les enseignements d'Oane.
C'est dans cette période sombre qu'un jour, Aristote, encore enfant, fut frappé d'une révélation en plein temple d'Apollon à Stagire; une révélation qui lui enjoignit de chercher le Dieu unique et la Vérité.

3) Quels sont les principaux apports d'Aristote à notre religion ?
Tout d'abord, par l'usage de la raison, il démontra qu'en remontant de cause en cause, on en arrivait à une cause unique, Dieu, qui, lui-aussi, ne pouvait être qu'unique puisque seule l'unité est perfection, comme je l'ai expliqué la dernière fois en me servant justement des raisonnements d'Aristote.
Ensuite, il démontra que la curiosité de l'Homme en démontrait l'esprit, un esprit qui ne pouvait que s'élever vers Dieu, pourvu qu'on le guide et donc qui ne pouvait que survivre après la mort en rejoignant son créateur.
Il distingua aussi sept vertus issues de la Vertu divine (l’amitié, la conservation, le don de soi, la tempérance, la justice, la plaisir et la conviction) et le péché absolu, négation de Dieu, composé de sept péchés qui étaient leur opposé (l’avarice, la gourmandise, l’orgueil, la colère, l’envie, l’acédie et la luxure).
Je suppose que, peut-être la conservation ne vous dit rien: c'est en fait, la vertu qui consiste à ne pas attenter à ses jours et à travailler afin de pouvoir subvenir à ses besoins afin de se conserver en vie. Evidemment, il arrive des circonstances où cela devient difficile en raison de pénuries ou de prix trop élevés. C'est là que la solidarité entre les hommes peur intervenir.
L'acédie, quant-à elle, est une sorte de paresse intellectuelle qui conduit à se désintéresser des choses de l'esprit et de Dieu pour se consacrer exclusivement aux plaisirs matériels.
Pour essayer de guider les humains vers le bien, il définit un juste milieu que chacun devait s'efforcer d'atteindre. Chacun à conscience du bien absolu mais, du fait de son imperfection, ne peut y atteindre et a conscience aussi du mal auquel, sauf quelques esprits pervers, il veut échapper. Aristote recommande donc de choisir une voie moyenne qui soit à mi-chemin des deux pour se maintenir dans la Vertu. J'aurais tendance à dire que la grande maxime qui peut aider à trouver ce chemin est: " Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait".
Il démontra enfin que la vie en collectivité permet aux hommes de se soutenir les uns, les autres, donc d'éviter de se laisser entraîner, par solitude à des actes inconsidérés ou qui mènent au péché; de plus, comme Dieu a doté les hommes de talents différents, l'entraide permet à chacun de mettre son talent particulier au service de tous.

4) Tout, dans son enseignement fut-il accepté par tous ?
Pas tout à fait, car Aristote n'était qu'un humain et quand il imagina une cité idéale organisée en trois cercles, ceux qui travaillent, ceux qui combattent et ceux qui prient et que devaient diriger les plus valeureux des combattants qui deviendraient à la fois chefs politiques et religieux de la cité, ce mode d'organisation souleva quelques critiques, d'autant plus qu'Aristote ne croyait pas en l'égalité des Hommes entre eux.
C'est pourquoi, sans doute, annonça-t-il que Dieu enverrait aux humains un autre prophète, chargé de compléter et corriger son message et qui porterait le nom de Christos.

Troisième leçon sur Christos

1) Qui est Christos ?
Christos, né au Ier siècle sous le nom de Jeshua, est le fils de pauvres vagabonds vivant dans la vertu et purs de toute luxure, Giosep et Maria.
Il vit le jour à Bethléem, en Judée, dans une bicoque délabrée, où les habitants apportèrent de quoi améliorer l'ordinaire et rénover la bâtisse, tant la grâce de l'enfant les avait touchés.
En effet, il avait été choisi par Dieu, avant même sa naissance, et alors que ses parents n'étaient pas encore mariés, pour être le Messie, celui qui porterait la parole de Dieu partout et sauverait le peuple de ses péchés en leur enseignant la sagesse d'Aristote.
Mais un jour, Maria se prit de querelle avec la favorite du roi Mistral IV et lui révéla le secret de la naissance de Jeshua. Alors, prévenu par un envoyé de Dieu, ils durent fuir à Chypre pour échapper au massacre des enfants ordonné par le roi qui avait peur pour son trône. Ils ne rentrèrent qu'à la mort de ce dernier et s'installèrent à Nazareth où désormais l'enfant prit le nom de Christos pour n'être pas reconnu.
Parvenu à l'âge d'homme, il quitta ses parents pour parcourir le monde et se mit à prêcher.
Il repoussa toutes les tentations que la Créature sans Nom lui proposa dans le Désert (luxure, orgueil, ...) et bientôt fut accompagné par 12 disciples auxquels il demanda d'abandonner tous leurs biens pour le suivre. Sa sagesse et les miracles qu’il fit attirèrent à lui nombre de gens qui se convertirent.
Parvenu à Jérusalem, il révéla au peuple qu’il était le Messie de la prophétie.
Cependant, trahi par l’apôtre Daju et accusé d’être un élément de désordre dans la cité, il fut traduit devant le procurateur romain, Pierre Ponce, qui, excédé, le condamna à la crucifixion.
Christos conduit sur le lieu du supplice fut insulté, frappé, fouetté, écartelé puis cloué à une croix où il agonisa et rendit l’âme.
Alors les cieux se déchaînèrent, faisant fuir la foule et des anges descendirent des cieux pour emporter le corps de Christos aux yeux de ses disciples.

2) Quel était l'état de la religion au Ier S. ? ?
Les disciples d'Aristote et les survivants qui croyaient encore à l'enseignement d'Oane et en un Dieu unique formèrent une seule et même Eglise, l'Eglise Oaniste Aristotélicienne, sous l'égide des souverains hellénistiques, mais ses adversaires restaient puissants et quand les Romains eurent pris pieds dans la région, ils firent tout pour qu'elle tombe en décadence. Si bien que quand Christos naquit, il y avait besoin d'une sérieuse remise en ordre de l'Eglise pour réactiver le foi.

3) Quels sont les principaux apports de Christos à notre religion ?
Tout d'abord, Christos affirma que l'homme a besoin de temps de repos, d'isolement et de quiétude (c'est la retraite ou le retranchement du monde) afin de réfléchir pour mieux apprécier ce qu'apporte la Cité aux humains.
Ensuite, dans le cadre de l'amour et l'amitié aristotéliciennes, il appela les hommes à la solidarité, non seulement entre eux, mais aussi entre les peuples (« vous devez savoir que toutes les nations ont droit au respect et leur peuple à la liberté et à notre amitié, disait-il ») et prêcha pour l’égalité entre les hommes et les femmes (« les hommes comme les femmes sont les enfants de Dieu et en cela, ils sont égaux »). Il condamna aussi, dans ce cadre, l’esclavagisme et les salaires de misère (« faire travailler un vagabond à la mine pour moins de dix-sept écus est une honte, même s’il vient d’une autre Cité. Et le faire suer pour moins de dix-huit écus, en le faisant tuer veau, vache, cochon, couvée, est un scandale ! »).

D'autre part, il enseigna la vertu de la simplicité, appelant ses disciples à négliger les richesses et les ornements de ce monde et dénonça les mauvais prêtres qui par leur incurie laissaient le peuple sans guide, car c’est par leur faute que prospèrent les cultes païens. Il interdit aussi aux prêtres d’exercer le métier des armes (« Gracius, si tu veux aussi devenir un de ces bergers qui guidera le troupeau, tu devras laisser choir ton glaive, car les armes sont sources de violence alors que tu auras mission d’enseigner l’amitié et l’amour de Dieu").

4) Comment réorganisa-t-il l"Eglise ?
A Jérusalem, il invita tous ceux qui voulaient suivre le chemin tracé par Aristote et par lui-même à former une communauté et fit de l’apôtre Titus son second à la tête de celle-ci.
Il nomma les 11 autres apôtres évêques et leur donna comme mission d’aider Titus à fonder l’Eglise et à diffuser le message de Dieu à travers le monde.
Il institua le baptême, geste qui symboliquement lave le nouveau converti de tous ses péchés, comme signe d’entrée dans l’Eglise.
Il institua aussi la confession, moyen par lequel Dieu pardonne ses péchés à celui qui se repend avec sincérité et à condition qu'il effectue quelque pénitence pour réparer sa faute.
Il fit du mariage un sacrement dispensé pour la vie, avec interdiction de le rompre et interdit aux évêques de pouvoir se marier ni commettre l’acte de chair car il doivent aimer l’Humain et non un humain et se consacrer totalement à Dieu.
Il recommanda aux apôtres de commémorer son sacrifice par le pain et le vin (« Consacrez le pain et le vin de l'amitié, symboles de ma chair et de mon sang »)


Ecrit par Monseigneur Pie II de Valence, évêque de Langres, à l'époque où il était encore curé de Valence, octobre 1460

Pie de Valence
Admin

Messages : 117
Date d'inscription : 24/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://abbayesaintmartin.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum