Quatrains joinvillois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quatrains joinvillois

Message  Pie de Valence le Sam 30 Mar - 18:54

Quatrains joinvillois

Roses parsemées pour balades parfumées
Ode à l’amour de nos cœurs enflammés
Charme irrésistible à vos genoux je tombe
Les ailes déployées telle une blanche colombe.

Elle avait voulu jouer les aventurières , le bateau faisait déjà naufrage
La voilà à nouveau chamboulée,bouleversée et prise d'une vive émotion
Tant pis pour elle, à force de tirer sur la corde et de faire sa sauvage
On finit un jour par ne plus résister bien longtemps à la tentation.

On lui a enseigné que vouloir
Ne signifie pas toujours pouvoir
A elle s'offrait un incroyable destin
Sa vie, elle la tenait entre ses mains.

Là à cet instant, en place publique, maintenant....
Elle aimerait voir ce jeune impudent écartelé
Le voir souffrir et se vider lentement son sang
Pour pouvoir enfin des jours heureux couler.

Désormais elle ne sera plus votre muse, votre égérie
Loin de vous elle part, son envol elle prend, son essor
Vers des contrées lointaines, au pays de la féérie
Vous laissant seul au milieu du décor.

De ses doutes, elle en avait fait des certitudes
A ses côtés, elle brille par sa seule présence
Jamais elle n'a eu meilleure existence
Le rassurer elle le doit par son attitude.

Elle fait souvent preuve de maladresse
S'enferrant parfois dans une sombre dualité
Mais par lui, elle apprit la sagesse
Et toute la beauté de la fidélité.

Il n'a nullement besoin de lui prouver sa valeur
Pourtant, pour elle, il ira braver le danger demain
Seul, pour lui plaire, il partira à l'assaut des chemins
Nul besoin de combat, à tout seigneur, tout honneur.

A ses côtés, elle est rayonnante et heureuse de nouveau
Une douce mélodie, un refrain, une église, un mariage
A son doigt brille le symbole de son amour, un anneau
Ensemble,ils marchent désormais dans le même sillage.

Ils rêvaient ensemble de nouveaux horizons, de voyage
Une brise légère, les vagues, le sable chaud, les coquillages
Des couchers de soleil, leurs corps nus étendus sur la plage
Un doux de rêve qu’en secret ils partagent.

Noble chevalier, chevauchant aux quatre vents, mis en déroute au refouloir
Chevauchée, course poursuite à travers la ville, ce fût une totale débandade
Votre fuite ne sera pas vaine, la belle aux yeux larmoyants et joues écarlates
Vous attend au delà du miroir ...

Vous souvenez vous ce jour de grand mistral
Celui où les traitres et les assassins ont fait alliance
Vous souvenez vous de toute cette effervescence
Et de ce coup de théâtre magistral …

Durant son absence il n'avait de cesse occupé ses tendres pensées
De ce monastère elle s'approchait tous les jours à la tombée de la nuit
Dans le plus grand des silences, elle attendait sans faire de bruit
Infime espoir de lui crier son amour, l'apercevoir ou même le croiser.
Isalyne

Mignonne allons au bois cueillir des champignons
Que je puisse enfin soulever et regarder sous ton jupon
Laisses moi jouer l'amant taquin, coquin et fripon
Te dévorer des Yeux c'est mon péché mignon.
Bertholde

D'un homme il avait l'air, mais il n'était qu'un cochon
Il avait joué au plus fin, se voyant déjà gagnant
Mais bien vite fut balayé, d'un bon coup de torchon
Et alors le nom de traître lui alla comme un gant.
Pasdemensonge

La Belle Dame se morfondait au fond de son lac
Perdu au milieu d'une immense forêt
Son Amour était parti, l'oubliant, la laissant comme après une claque
Et pourtant, elle ne l'oublierait jamais.

Il n'y a pas dans mon coeur d'autre espoir
Que celui de réunir ces deux amoureux
Dans l'église, devant l'autel, enfin les voir
S'unir pour un futur ensemble et heureux.
Keltica

Quelle joie de l'accompagner au bal
On sera comme les enfants de la balle
Je lui susurrerai tous les mots
Qui guérissent tous les maux.

Ce fut ce jour merveilleux où je l'entendis dire -J'accepte
Ce sera le plus beau jour de ma vie lorsque elle dira-oui ,je le veux
Que nous puissions vivre cela ensemble,je le souhaite
Que notre maison ,pour nos amis soit chez eux.

Devra-t-il perdre la foi,
En celle qu'il veut donner un toit,
Sera-t-elle présente au petit matin
Ou aura-t-elle pris le chemin...

Quel dommage une fois encore d'avoir besoin de prendre la plume
De tremper celle -ci dans ce contenant fait du plus bel ivoire
De pouvoir ainsi ,voir se dissiper les plus épaisses brumes
Celles qui font des espérances les idées les plus noires...

C'était de toute évidence plus qu'une amitié
il l'avait surtout dit,répété à vous
il souhaite vraiment que vous puissiez être le messager
Celui qui lui permettra de sécher larmes sur la joue.

Comment pourrait-t-il cacher sa vive émotion
A l'heure où elle vient se blottir contre lui doucement
Que dire quand elle quitte son champ de vision
Fini le soleil place à la pluie que du mauvais temps.

Au pied de l'arc en ciel, se trouvait un trésor
Ce trésor depuis des lustres y était caché
Nombre de pilleurs par leur soif de richesse l'eussent convoité
Seul lui l'avait découvert, puisque inodore.

Rien de plus passionnant que de pouvoir parler de l'avenir
Au cours de ces moments profondément sensuels
Tout était harmonie ,complicité,preuve de leur devenir
Ne restait qu'une étape celle, du spirituel.

Quelle joie de ne vivre que pour une seule passion, sa tendresse...
Depuis ce jour merveilleux de notre rencontre point de paresse...
Son esprit, que dire son âme déborde de tant de noblesse
La beauté de ses yeux lorsque sur mon visage ,elle y dépose une caresse.

Parodie de justice de vouloir a tout prix condamner
Issue fatale ,toute tracée,des flammes ,de bruler
Quel spectacle ,la divine comédie du rédempteur bucher
Tout cela orchestré par les horribles vrais sorciers.

Durant cette période de reclus,que de prières...
Ce n'était vraiment point "miroir aux alouettes"...
Il était sous le charme, l'emprise de sa conquête...
Il clamait sans cesse son amour, sa cellule ...sa chaire...
Shean

Quelques paysans brandissent un ramure,
tandis que nous autres braillons à l'infini.
Fatum par son armée a ceint son armure,
pourtant notre cible est indéfinie.
Elvirem.

Bourguignons, et contre eux mêmes, vont en guerre.
Stupide canalisation de vermine.
Soudés à distance, avec toi mon frère,
D'autres, par les armes contre la famine.

Pour acclamer le présent, chanter le futur
Ne laissez pas la rancœur se faire poison
Voici une invitation pour l'aventure
Où faire de nouvelles rencontres à foison !
Everym.


Je ne souffre point que l'Eternité
M'étreigne de sa Complicité
A m'offrir que le Meilleur
Avec sérénité, j'attends mon Heure.

Badine, taquine, de mauvaise ou de bonne Humeur
Je laisse le libre choix à mon Cœur
De vivre ce qui lui plait, grande Plaie
Qui bat sous son rythme tel sur l'eau, rebondit le Galet.
Channing

Voici revenu le doux peintre du printemps
Dont la savante palette orne en un multicolore badigeon
D'or et d'arc-en-ciel et les maisons, et la nature et ses bourgeons,
Et dont la savante parade amoureuse séduit tant les amants.
Guy Bernard

Ses yeux chatoyants comme de somptueux brocards
Sont d'ardentes braises qui n'appartiennent qu'à elle,
Des mers et des océans où moutonnent des frous-frous de dentelle
Dont elle joue, ingénue, d'un naturel qui atteint à l'art.
Pie II


Pie de Valence
Admin

Messages : 117
Date d'inscription : 24/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://abbayesaintmartin.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum