Sur la prostitution (Messe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sur la prostitution (Messe)

Message  Pie de Valence le Dim 8 Déc - 17:28

Sur la prostitution

L'évêque de Langres, après une pause au mois d'août, reprenait son rythme de croisière avec sa promesse d'une messe mensuelle, tel qu'il s'y était engagé lors de son arrivée dans son diocèse.
Revêtu, comme à l'ordinaire, de ses plus beaux ornements afin de faire honneur à sa fonction, accompagné des chantres et des musiciens de l'abbaye Saint-Martin de Langres, il entra dans sa cathédrale au son des cloches avec, à sa suite, les fidèles venus assister à la messe.
Quand les cloches se furent tues,la méditation de Thaïs, un air en harmonie avec le sujet qui allait être abordé, s'éleva sous les voûtes pendant que chacun prenait place.
.
L'évêque, arrivé devant l'autel se génuflexa et se signa au nom de Dieu, d'Aristote et de Christos, puis, toujours tourné vars l'Orient, le chant terminé, il entama la récitation d' une Prière de supplique à Dieu afin qu'il pardonne nos fautes que chacun reprit avec lui

.
Nous te prions, Toi, Dieu, Créateur du Ciel et de la Terre, des Hommes et des choses, Toi l'Eternel, afin que Ta Grâce s'étende sur Nous.
Nous ne sommes que d'humbles pécheurs qui avons besoin de Ta lumière pour ne pas sombrer dans le péché et de Ton amour qui seul sait Nous pardonner pour nous remettre dans le droit chemin.
Amen.
.
L'évêque, la prière terminée, se tourna vers l'assemblée. Il vit que les fidèles semblaient pétrifiés, presque accrochés à ses lèvres pour savoir quelles paroles allaient en sortir. Aussi ne fit-il pas durer le suspense trop longtemps.
.
Mes amis,
cette messe un peu particulière aura aujourd'hui une forme un peu plus traditionnelle car j'ai beaucoup de choses à vous dire.
Et d'abord, je voudrais la dédier à nos frères et nos soeurs prostitué(e)s, car quoique vivant en état de pêché, ils n'en restent pas moins les enfants de Dieu, dignes d'intérêt et de respect car nous savons les raisons qui ont conduit un certain nombre d'entre eux à l'état où ils se trouvent réduits aujourd'hui et qu'exprima il y a un peu plus d'un siècle Mammès de Langres.

.
A - La situation dramatique des pauvres au début du XIVème siècle
.
Alors vint le XIVème siècle après la naissance de Christos.
La terre, submergée par un trop grand nombre d'humains, avait de plus en plus de mal à nourrir les plus faibles et les plus nécessiteux, car, nés sur des champs de petite taille, ils héritaient de surfaces encore plus maigres de générations en générations, à cause des partages successoraux successifs. Aussi mangeaient-ils de moins en moins à leur faim et sombraient-ils, de plus en plus nombreux à mesure que nous avancions dans le siècle, dans la maladie, la famine ou la misère.
Parfois, ce trop-plein se déversait vers les villes qui voyaient avec frayeur le nombre des miséreux augmenter sans contrôle.
Or, en ville aussi, le marasme s'installait peu à peu. Les chantiers des grandes cathédrales, faute d'argent, s'interrompaient peu à peu pour ne jamais reprendre. La concurrence pour le travail devenait de plus en plus âpre et rude. Pour ne pas mourir de faim, les gens s’embauchaient à vil prix, provoquant une baisse généralisée des salaires, tandis que les denrées, devenant de plus en plus rares, voyaient, au contraire, leurs prix augmenter.
Bientôt, la colère gronda. Ongles bleus flamands, Maillotins parisiens et Ciompi florentins en seraient, plus tard dans le siècle, les fers de lances et s’attaqueraient aux puissantes oligarchies marchandes à la tête des villes et aux pouvoirs en place, accusés d’en être responsables.
Déjà, certains évêques parmi les plus riches et les plus conservateurs, craignant pour leurs biens et leur vie, dénonçaient cette inadmissible remise en cause de ce qu'ils pensaient être l'ordre du monde voulu par Dieu et demandaient des fers et des bourreaux contre cette populace qu’ils disaient sale, crasseuse et désœuvrée et dont ils dénonçaient à longueur de messes la fainéantise, l’acédie et la propension au vol et au crime.
Les pouvoirs publics, eux-mêmes, se désespéraient de ne pouvoir  rien faire pour chasser ces vagabonds sans feu ni aveu, ou pour les soulager et avaient peur de l’agitation qu’une telle foule de misérables pouvait engendrer.
.
Nous savons que, face aux difficultés des temps, face à la pauvreté, certains et certaines ne virent d'autre solution que de vendre leur corps, Dieu leur pardonne !
Nous, nous leur avons déjà pardonné

.
- Ne l'écoute pas, mon frère, c'est une femme de mauvaise vie et elle gâterait ta maison si elle y entrait ! La loi dit que cette femme doit être jugée et condamnée !
Pour toute réponse, Mammès se contenta de ramasser une pierre sur les bords du fleuve et dit
- Que celle qui n'a jamais péché lui jette la première pierre !
Alors, toutes les femmes s"écartèrent de lui, la tête baissée, aucune ne pouvant se dire pure devant un homme de Dieu, alors Mammès bénit la femme
- Va, mais désormais, ne pèche plus ! Quant à vous, mes filles, n'accablez plus jamais votre prochain dans la détresse, mais portez-lui secours car nul ne peut se dire meilleur que son voisin. Allez, à présent !
Car, qui sont les vrais fautifs de la prostitution ? Les prostitué(e)s ? Evidemment non ! Il ne faut donc pas leur jeter la pierre, comme le dit Mammès.
.
J'aimerais aussi leur rendre justice sur un autre point. J'ai entendu dire et écrire récemment:

.
C'est un scandale ! Les prostitué(e)s se laissent aller à la débauche en pleine rue, en pleine broussaille, en pleine porte cochère ! Cela est autrement pire que de la circoncire en des lieux clos, protégés par le guet et dont l'accès sera strictement réglementé !
J'ignore si la circoncision est une solution, mais qu'on se rassure, je n'ai absolument pas l'intention de pratiquer en lieu clos ni ailleurs cette mutilation des sexes masculins pour réduire la prostitution, que cela soit su !
.
Mais souvent, ce ne sont pas les prostitué(e)s qu'on retrouve ainsi mais plutôt des gens ordinaires, mariés souvent, qui sont contraints de vivre dans des garnis surpeuplés avec leur famille. Les seules solutions d'intimité relatives qu'il leur reste sont alors les broussailles, les portes cochères - les chambres d'hôtels miteuses étant un moindre mal à qui a des moyens qui le permettent.
.
Enfin, qu'est-ce que ces lieux clos qu'on nous propose pour contrôler la prostitution, sinon une nouvelle manière d'aboutir à l'exploitation de l'homme par l'homme ? En plaçant les prostitué(e)s sous la dépendance étroite de mères maquerelles dans de tels lieux, on ne fait qu'exploiter encore plus leur pauvreté pour leur prendre une parti du peu que la vente de leur corps leur procurera.  Est-ce ainsi qu'on peut venir en aide à nos frères et nos soeurs prostitué(e)s ? Evidemment non !

.
L'évêque fit alors une pause, le temps d'absorber un verre d'eau qu'un bedeau lui avait préparé à l'avance
Il n'aurait pas cru que la vie de Mammès qu'il avait traduit il y a quelques semaines aurait si vite une si grande utilité. Il reprit
.
Deux pieuses jeunes filles de Douai, Jeanne Canchry et Claude Guyotet, les futures mères adoptives de Mammès, décidèrent de fonder un couvent bénédictin à leur intention. Elles avaient compris qu'on ne pourrait réduire durablement la prostitution à Douai qu'en améliorant la vie matérielle des filles concernées ainsi que des femmes qui, sans être prostituées, vivaient néanmoins la condition précaire de filles-mères.
.
Les deux bénédictines se proposaient de les remettre dans le droit chemin, à l'abri des turpitudes du monde, dans le calme serein du cloître, tout en les aidant à élever leur enfant car elles se souvenaient des terribles paroles du roi Mistral IV à l'encontre de Christos
.
« Gardes, ce Giosep et cette Maria sont des provocateurs ! ils m’ont roulé et se sont rendus coupables de trahison en refusant un édit royal! Qu’on les éradique immédiatement ! Quant à ce fils de... de... il ne doit pas percer. Allez et trouvez tous les enfants de moins de deux ans, et éradiquez-les, à la fronde s’il le faut »
et considérèrent de leur devoir d'Aristotéliciennes de protéger non seulement les mères, mais aussi l'enfance en danger, d'où que ce danger vienne.
.
Aussi étaient-elles très populaires parmi les filles abandonnées mais aussi parmi les prostituées douaisiennes et nombre d'entre elles, afin de racheter leur vie de péchés ou simplement par gratitude, finissaient par rejoindre la communauté des bénédictines au grand scandale du curé de Douai qui fulminait contre cette communauté qu'il dénonçait régulièrement comme un des repères de la luxure et de filles de Lesbos dans sa ville.
.
Aussi, bien qu'admirées des plus pauvres, elles étaient régulièrement insultées et traînées dans la boue par la plus noble et la plus riche partie de la ville, mais elles, sans se laisser perturber,  continuaient leur chemin car elles savaient qu'elles étaient dans la Vérité suivant les paroles du Livre
.
« Bénis les persécutés parce qu'ils cherchent la Vérité,
car le Paradis solaire est à eux.
Bénis êtes-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on vous calomnie de toutes manières à cause de Dieu.
Soyez tous dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux.»

.
Elles organisèrent une communauté de productrices qui commerçaient entre elles à des tarifs préférentiels, tout en assurant un salaire décent à toute, organisant une sorte de "commerce équitable" qui améliora grandement la vie de chacune d'entre elles.
.
Seuls les riches et même certains clercs ! s'en indignèrent car, eux qui pensaient tirer un parti financier de l'exploitation de la prostitution pour se remplir les poches et se livrer au pêché de chair contre clicailles, furent Gros-Jean comme devant !
Ils avaient oublié que l'Eglise n'est pas faite pour les riches uniquement, mais a le devoir de protéger aussi et avant tout les plus faibles.
.
La prostitution n'est pas une fatalité et ceux qui proposent ne vous enfermer dans des maisons closes au service de mères maquerelles ne veulent que prospérer sur votre misère.
D'autres solutions sont possibles, comme l'ont montré ces deux pieuses filles.

.
Il arrive même parfois, comme le signale le texte, que certain(e)s prostitué(e)s, touché(e)s par la Grâce divine, car malgré leur état, certain(e)s sont très croyant(e)s, se convertissent totalement au service de Dieu et demandent à être ordonné(e)s prêtres ou à prendre le voile comme la prostituée sacrée d'Alexandrie, Thaïs, qui vivait à Alexandrie au IVème siècle. Elle se convertit, devint une fervente aristotélicienne puis finit par prendre le voile tellement l'amour de Dieu avait pénétré son cœur.
Un exemple qui prouve parmi d'autres, que Dieu n'éprouve qu'amour et compassion pour ces déshérités de la vie.
.
Quoi qu'il arrive, en tout cas, rien n'empêche les prostitué(e)s d'aujour'hui d'imiter ceux et celles qui les ont précédé: s'en sortir en organisant des communautés productives si ils ou elles ont la sincère volonté. L'Eglise sera à leur côté pour les soutenir dans leur projet et leurs démarches.

.
Après une courte pause
.
Ce sera tout pour aujourd'hui, mais avant de nous séparer pour cette fois, récitons ensemble le Credo
.
Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.
Messe écrite et dite par Monseigneur Pie II de Valence, évêque de Langres, en septembre 1461

Pie de Valence
Admin

Messages : 117
Date d'inscription : 24/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://abbayesaintmartin.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum